AIF AIF Association des Industries Ferroviaires

Pouvez-vous nous présenter AIF en quelques
mots ?

AIF (Association des Industries Ferroviaires) est une
association qui a une vingtaine d’années. Elle est basée en
Hauts-de-France et regroupe une centaine d’entreprises
ainsi que plus de 10 000 emplois.

Le rôle d’AIF est avant tout, d’aider les entreprises à
développer le business, dans l’optique de soutenir l’emploi
en région.

Sur quels types de postes allez-vous recruter le
jour de l’événement ?

Les métiers que nous recherchons sont très variés. Nous
allons rechercher des opérateurs soudeurs, mais aussi
des peintres ou encore des ingénieurs.
Par exemple, pour Bombardier ou Alstöm, plus de 250
postes sont ouverts, rien qu’au niveau ingénieur !

Le ferroviaire est donc un secteur qui recrute !

Oui ! Le ferroviaire et l’industrie en général, n’ont pas
forcément la plus belle des images.
Et pourtant ! C’est un secteur en plein développement
et qui offre une très grande diversité de métiers (une
cinquantaine). Les employeurs sont tout aussi variés. Cela
peut aller de la PME au grand groupe.

De plus, quand une personne entre dans le ferroviaire,
elle finit (dans la majorité des cas) sa carrière dans ce
domaine. C’est donc que le problème n’est pas le secteur
en lui-même, mais est avant tout celui de l’image.

C’est votre première participation à l’événement
24 Heures pour l’Emploi et la Formation. Quelles
raisons vous ont poussé à faire ce choix ?

Plusieurs raisons. Tout d’abord, le fait que le secteur
ferroviaire est en pleine croissance, qu’il y a de nouveaux
projets et donc de nouveaux besoins en recrutement.
Deuxièmement, parcequ’une des missions d’AIF est de
communiquer sur l’attractivité du territoire pour le secteur
ferroviaire et d’être un support pour l’emploi en région.

Quels conseils donneriez-vous aux candidats
qui souhaiteraient vous rencontrer le jour de
l’événement ?

Mon premier conseil serait de travailler son CV.
Présenter un document propre, travaillé et qui reflète bien
sa personnalité. Il ne suffit pas de noter qu’on a obtenu tel
ou tel diplôme.

Ensuite, bien entendu : la motivation. Je dirais même qu’il
s’agit du premier facteur recherché par les recruteurs !
Aujourd’hui, la motivation, c’est 50% de la prise de
décision dans un recrutement.

On va très souvent préférer donner sa chance à une
personne qui a peut-être un peu moins d’expérience mais
qui est très motivé, plutôt qu’une personne qui a tous les
diplômes requis et qui n’est pas convainquant.