AIF AIF Association des Industries Ferroviaires
Le Swit’Lab, c’est quoi ?
C’est une structure qui regroupe deux laboratoires de recherche et d’innovation, le LAMIH à Valenciennes et le LaMcube à Lille. Physiquement, les locaux sont situés dans le département mécanique du LAMIH au campus universitaire du Mont-Houy. Au total, 26 personnes y travailleront pour un budget de plus de deux millions d’euros sur quatre ans, financés pour environ le tiers par les autorités de tutelle des labos, à 23 % par la Région avec des fonds européens (FEDER) et à 44 % par l’entreprise Valdunes.
valdunes2
Améliorer les roues et essieux des trains
Si Valdunes est partie prenante, c’est que l’activité du laboratoire sera orientée vers le ferroviaire. L’idée sera de trouver des procédés pour réduire les coûts de fabrication. «  Les pièces sont forgées, nous explique François Demilly, représentant chez Valdunes. Si on peut optimiser le coût du métal qui représente 40 % du prix de la pièce…  » En trouvant par exemple des procédés pour, tout en gardant la même solidité, consommer moins de métal. Parmi les autres axes de recherche, on notera aussi le travail sur l’usure des pièces «  pour que la durée de vie soit la plus longue possible, que l’exploitant puisse maîtriser sa maintenance  ». Des recherches seront également menées sur la réduction du bruit de roulement sur les rails. Réduction des coûts de fabrication, de maintenance, pas anodin alors que «  l’offre de transport est devenue très concurrentielle  », nous explique-t-on du côté du Swit’Lab.
Valdunes, spécialiste ferroviaire
Rappelons que Valdunes a été rachetée en 2014 par le Chinois MA Steel. L’entreprise, installée à Trith-Saint-Léger, fabrique des roues (60 000 par an), axes et essieux (10 000 annuels) de trains, tramways pour des groupes tels que Alstom, Bombardier, la SNCF, mais aussi à l’international. Elle emploie 300 personnes à Trith et 160 à Leffrinckoucke, près de Dunkerque.